Quel montant de loyer pour quel salaire ?

Accueil David Telerman|Dernière mise à jour : 3 octobre 2020

Publicité

A voir aussi : Quels documents demander à un locataire ?

Ceux qui sont étroitement intéressés par la Suisse se demandent souvent quel budget il est nécessaire de planifier lorsque vous vivez en Suisse, ou le budget minimum pour être en mesure de vivre correctement dans le pays. Ces questions ont évidemment un lien avec le salaire minimum requis pour vivre en Suisse.

Nous savons que la Suisse est un pays avec un coût de la vie très élevé. Bien que les salaires élevés offerts par les entreprises suisses par rapport à l’Europe soient souvent présentés — et objectivement — nous devons également tenir compte du coût de la vie sur place.

A voir aussi : Qui peut consulter mon dossier de crédit ?

Une étude fournit des réponses sur le budget des ménages suisses, y compris ce que les ménages gagnent en Suisse, ce qu’ils dépensent (et dans quelles positions). Et aussi ce qu’ils ont laissé à la fin du mois. L’étude de l’Office fédéral de la statistique intitulée « Revenus et dépenses des ménages en Suisse » énumère les principaux chiffres pour 2016. Nous verrons en détail comment les revenus et les dépenses des ménages sont composés en Suisse.

Quel est le revenu mensuel moyen disponible des ménages suisses ?

  • Le revenu mensuel moyen disponible des ménages suisses est de 6894 francs suisses (données 2017). Le revenu disponible est la différence entre le revenu brut (salaires, primes, treizième salaire, rentes, prestations sociales telles que AI (assurance-invalidité), dividendes et revenus de la richesse) et les dépenses « obligatoires » : impôts, primes d’assurance maladie, cotisations AVS et fonds de pension, et paiements de pension alimentaire.
  • Les revenus du travail représentent plus de 75 % du revenu des ménages suisses. Le revenu du patrimoine représente un peu plus de 4 % du revenu brut des ménages en moyenne.
  • Le revenu des autres ménages (comme le paiement d’une pension alimentaire) représente en moyenne 1,3 % du revenu du ménage.

Quelles sont les dépenses des ménages suisses ?

Dépenses obligatoires : impôts, assurance maladie, cotisations sociales

Les dépenses obligatoires (qu’un ménage doit prévoir et payer dans son budget, telles que les impôts) représentent un total mensuel moyen de 2 910 francs suisses par ménage suisse en 2016, représentant un peu plus de 29 % du revenu brut. Répartition des dépenses obligatoires des ménages suisses en 2016 :

  • impôts : 12,3% du revenu brut (CHF 1.153 par mois, légèrement en baisse par rapport à 2014, avec CHF 1.234)
  • cotisations de sécurité sociale (AVS, fonds de pension…) : 9,7% du revenu brut (baisse par rapport à 2014)
  • primes de l’assurance maladie obligatoire (LaMal) : 6,2% du revenu brut (contre 5,5% en 2014)

Dépenses de consommation : logement, transport,

Les autres dépenses représentent tout ce qui n’est pas obligatoire : il s’agit donc de revenus généralement provenant de la consommation de biens et services. Ces dépenses de consommation représentent près de 55 % du revenu brut des ménages suisses. Dans l’ordre, les postes de dépenses sont les suivants :

  • Logement et énergie : près de 14,7% du revenu brut (un peu plus de 1.470 francs suisses par mois)
  • Transport : 7.7%
  • Loisirs, culture : près de 5,4%
  • Aliments et boissons gazeuses : 6,3%
  • Services de restauration et d’hébergement : 5,8%
  • Primes d’assurance maladie complémentaire et autres assurances : 3,3%

Combien les ménages suisses économisent-ils par mois en moyenne ?

En moyenne, les ménages suisses peuvent économiser un peu plus de 1550 francs suisses par mois (ce montant est nettement supérieur à 2014, où les ménages pourraient économiser 1300 francs suisses), ce qui représente plus de 15 % du revenu disponible. Toutefois, cette épargne n’est possible que pour les ménages dont le revenu mensuel brut moyen est supérieur à 5 000 francs suisses.

Quel budget faut-il pour vivre en Suisse ?

Le logement est l’élément le plus coûteux pour les familles en Suisse. Cependant, selon le canton et la commune de résidence, les coûts de logement peuvent varier considérablement : dans les zones urbaines comme Genève, Lausanne ou Zurich, et dans le lac Léman, les coûts de logement sont par exemple beaucoup plus élevés qu’ailleurs en Suisse.

Les chiffres présentés ci-dessous représentent une moyenne des frais mensuels non obligatoires pour toutes les structures familiales combinées. Les résultats de cette étude doivent donc être modulés en fonction de votre lieu de résidence et aussi de la taille de la famille.

Assurance maladie complémentaire : primes – 141
Autres assurances : primes – 190
Impôts – 69
Dons, cadeaux et invitations – 177
Total des autres assurances, impôts et transferts – 578
Aliments et boissons non alcoolisées – 632
Boissons alcoolisées et tabac – 106
Services de restauration et d’hébergement – 584
Vêtements et chaussures – 210
Logement et énergie −1 476
Ameublement, équipement et entretien ménager – 234
Dépenses de santé – 244
Transport − 770
Communications – 188
Loisirs et culture – 542
Autres biens et services – 324
Total des dépenses de consommation −5 310

Quel salaire faut-il pour vivre en Suisse ?

Tous ces postes, y compris les dépenses moyennes, sont destinés à vous permettre de faire l’estimation la plus précise des revenus nécessaires pour vivre en Suisse. Il semble également intéressant de consulter les différents seuils de pauvreté en Suisse, en fonction de la structure familiale et en particulier du nombre d’enfants.

Pour compléter vos calculs, nous vous invitons à consulter la page Salaires en Suisse, qui contient des informations utiles sur les salaires, et notre Simulateur de feuille de salaire, qui vous permet d’estimer votre montant net mensuel salaire basé sur le salaire brut annuel.

27% des Suisses estiment qu’ils n’ont pas assez d’argent pour vivre dans la dignité

En plus de cette étude, la société de recouvrement Intrum Justitia a réalisé en 2013 une étude sur le comportement des consommateurs suisses en matière de paiement des factures, avec une comparaison internationale. En particulier, 27% des Suisses estiment qu’ils n’ont pas assez d’argent pour vivre dans la dignité (contre 35% en France et 19% en Allemagne). Les causes citées pour expliquer ces difficultés sont le chômage, la hausse des coûts de santé et les divorces. Les articles les plus réduits pour faire face à ces difficultés sont les sorties, la restauration, l’habillement et la nourriture. La pauvreté en Suisse est un peu évoqué, tout comme la question des travailleurs pauvres.

Sources : Revenus et dépenses des ménages en Suisse et Intrum Justitia

Rubrique

/ David Talerman

Articles

recommandés Suisse, destination #1 pour les expatriés expatriation, logement, salaire Industries qui paient les étrangers mieux que les suisses salaire Les 10 villes les plus chères du monde sont… coût de la vie, logement

23 réflexions sur « Le budget des ménages en Suisse »

  1. / David Koch

    18 novembre 2014 à 13 h 06 min Bonjour,

    Merci pour cela article informatif. Cependant, j’aurais une clarification à vous poser.

    Qu’entend-on par « ménage » ? Se compose de deux personnes avec enfants ? Le salaire moyen est-il de 7112 francs par personne ou pour le ménage ? Merci pour votre réponse.

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman 21 novembre 2014 à 11 h 44 min Bonjour, L’étude couvre l’ensemble des ménages, quelle que soit leur composition. Cependant, il fait parfois des détails en fonction du type de ménage. Mais c’est vraiment une moyenne. D’autre part, je n’ai pas la taille moyenne (en chiffres) qui composent ces ménages, ce qui aurait été intéressant. Modifier la réponse
  2. / Bernasconi

    18 novembre 2014 à 13 h 59 min Tout le monde n’a pas le revenu que vous mentionnez… Comment économiser 1’300.— par mois avec un revenu de 2’150. —/mois ? ? ?

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman

      21 novembre 2014 à 11 h 41 min Vous avez tout à fait raison : ce sont les études de l’Office fédéral de la statistique, et comme indiqué dans l’article, ce sont des moyennes.

      Modifier la réponse

  3. / Laurent 19 novembre 2014 à 8 h 57 min Bonjour à tous Ne nous laissons pas induire en erreur par les statistiques. Bien qu’ils puissent servir de base à la discussion, ils sont interprétés de façon excessive. Ne les emmenez pas à la lettre… Le salaire brut en 2012 était d’environ CHF 7000, le salaire médian 6000 CHF. N’oublions pas que les salaires astronomiques ciblés par l’initiative Minder et 1/12 2prennent » la moyenne vers le haut. 1300 CHF d’économies par mois… C’est Alice au pays des merveilles… Vous ne devriez jamais abuser des produits hallucinogènes,,, Pourquoi avez-vous rendu le 2ème pilier obligatoire si le « Little Suisse » pourrait économiser 1300 CHF/mois ? ? ? Comparez le prix d’un macdo en France et en Suisse et comptez le nombre d’heures de travail nécessaires pour payer pour cela et vous verrez qu’il est presque kif kif bourricot. Si les Suisses gagnent 3 à 4 fois plus que les Français, leurs dépenses sont également de 3 à 4 fois plus élevées. Bonne ouïe. Laurent Modifier la réponse
    1. / David Talerman 21 novembre 2014 à 11 h 35 min Bonjour, Merci pour la clarification, mais je pense — et j’espère — que les lecteurs ont compris. Votre avertissement est également présent, sous un autre, plusieurs fois dans le texte. Nous répétons assez que nous ne sommes pas ici pour faire rêver mais pour informer que nous sommes plutôt à l’aise. Notre discours est plutôt de dire que les conditions de rémunération doivent être prises en compte, mais qu’elles ne s’arrêtent pas clairement à cela, parce que en fait, le coût de la vie est là. C’est plutôt la qualité de vie en général que nous présentons et le potentiel du pays. Et ici, en comparaison avec d’autres pays, la Suisse est franchement pas mal… Modifier la réponse
  4. / Laurent 20 novembre 2014 à 9 h 49 min M. David Il semble que vous aimez pointer la lune à votre doigt et que les imbéciles se concentrent sur votre doigt… Saviez-vous qu’en Suisse, la censure n’existe pas et que la liberté d’expression n’est pas seulement un leurre, comme dans votre pays d’origine ? Modifier la réponse
    1. / David Talerman 21 novembre 2014 à 11 h 40 min Pourquoi tant d’amertume ? Nous prenons le temps de modérer les commentaires, parce que nous sommes responsables de ce qui se passe sur ce site, et parfois nous les censurons : parce qu’il existe d’autres lois qui prévalent sur celles que vous citez et qui nous interdisent de publier des déclarations racistes ou xénophobes, par exemple. Je me demandais si j’allais publier le vôtre : les autres lecteurs, que vous traitez avec des imbéciles, apprécieront ce commentaire. Vous remarquerez, dans votre commentaire précédent, que vous n’apportez pas beaucoup au débat, sauf répéter des choses déjà connues. Quel est votre but ? Empêcher les étrangers de venir en Suisse ? Modifier la réponse
  5. / Isabelle

    24 novembre 2014 à 9 h 05 min Bonjour,

    Je pense que ces statistiques ne reflètent pas la situation réelle de la Suisse. Les loyers à 1500.- n’existent plus à moins d’héberger une famille entière dans un studio. Les loyers des grandes villes (Genève, Lausanne, Zurich) sont d’environ 2500.- à 3000.- par mois (3 chambres, salons, cuisine), voir parfois 4000.- à 5000.- selon les quartiers et le luxe recherché. En ce qui concerne les impôts, ils correspondent à deux salaires annuels si vous êtes par tranche de 10 000 – par mois (pour une famille de 4 personnes). Bref, la Suisse est loin d’être l’Eldorado que vous présentez, je sais de quoi, je parle… Je suis né en Suisse et j’y ai toujours vécu. La crise touche également nous très dur, même si les statistiques tentent de nous faire croire le contraire, le chômage est présent, d’autre part, les dépenses courantes ne font qu’augmenter… Bref, nous sommes confrontés aux mêmes problèmes économiques que le reste de l’Europe. Vivre avec 7100.- mensuel pour un ménage de 4 personnes en Suisse est loin d’être confortable et économisé 1300.- tout à fait impossible. Modifier la réponse

    1. / David Talerman 4 décembre 2014 à 10 h 13 min Bonjour Isabelle, Le problème des statistiques des loyers (faibles) diffusées par l’OFS est un sujet que nous avons parfois abordé. Dans des cantons tels que Genève, Zurich ou Vaud, cela est clairement hors de ligne avec la réalité. Dans d’autres cantons, cela est plus réaliste. Dans les grandes villes, le explication se trouve dans le fait qu’il ya un certain nombre d’appartements avec des baux très anciens, conservés par les locataires (qui sont « fil » avec des amis), ce qui rend des appartements avec des loyers délirantes (ce que vous voyez sur des sites comme Homegate par exemple) et d’autres avec des loyers très faibles. L’OFS, lorsqu’il effectue son « échantillonnage », en particulier à Genève, ne fait pas cette distinction. De Mani ! L’âge général, l’article ne présente pas la Suisse comme un Eldorado, Je ne comprends pas très bien votre remarque parce que si vous lisez l’article, c’est plutôt l’autre façon que nous allons. La seule information que nous avons fournie et qui pourrait être prise positivement est le salaire moyen des ménages. Avec toutes les réserves que nous mettons. Mais sinon, votre commentaire est assez précis sur le budget d’une famille de 4, avec cependant des différences significatives entre les cantons (et c’est le problème des études « moyennes ») : dans les grandes villes, très difficile. Ailleurs, c’est déjà moins compliqué. Modifier la réponse
  6. / Loulou55

    2 décembre 2014 à 17 h 48 min Dommage que cette étude ne précise pas la définition d’un ménage (1, 2 personnes) ou le nombre d’enfants. Peut-être qu’un ménage suisse a une personne et un animal de compagnie ? candidats à l’expatriation en Suisse, faites attention à ce type de chiffre de 7100 CHF qui indiquerait la différence moyenne entre le revenu et les dépenses obligatoires.Comment l’Office fédéral, organisme qui semblerait grave peut sortir un tel chiffre ? C’est Intox ? Méfiez-vous de l’Eldorado suisse qui, en réalité, quand vous êtes une famille nombreuse peut rapidement devenir un désastre. Si nous étions à l’époque des chercheurs d’or, je préférerais aller chercher de l’or dans les BRICS pays. La Suisse est un potentiel ? pas dans les banques en tout cas après des cas massifs de fraude fiscale et la levée progressive du secret bancaire ! La Suisse un potentiel pour les étrangers ? prêter attention à la façon dont le gouvernement fédéral mettra en œuvre l’initiative du 9 février. Mère de 5 enfants, nous prévoyons de quitter la Suisse si notre niveau de vie a baissé par rapport à nos expatriations précédentes : voici un exemple de nos dépenses : hébergement à CHF 7000 par mois, primes d’assurance maladie à 2500 CHF par mois, école privée à 1300 CHF mensuels par enfant, fixe et téléphonie mobile à 160 CHF par mois, prix par kg de viande à 70 CHF ! ! et je passe le prix d’une femme de ménage ou d’un club sportif ! Question : Combien de temps les résidents suisses supporteront-ils ces charges ? une enquête sur le taux d’endettement des ménages suisses serait intéressant pour calmer les ardeurs des candidats au pseudo – eldorado. Eh bien à vous.

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman 4 décembre 2014 à 10 h 04 min Tu es encore là ! Je vous trouve moins virulent que d’habitude, nous pourrons échanger plus positivement. J’ai déjà commenté les grandes lignes de cette étude et les réserves à prendre. C’est même dans l’étude elle-même. D’autre part, compte tenu de votre profil, il est probable, pardonnez-moi, que vous n’êtes pas tout à fait dans la « moyenne » : déjà avec 5 enfants, puis pardon mais louer à 7’000 CHF/mois, je peux sans erreur que vous avez fait vous-même « un peu » avoir. D’autre part, il ne faut pas sous-estimer clairement le coût du logement en Suisse, en particulier dans le très haut arc du Léman. Il est clair que le coût de la vie en Suisse est un véritable problème, ce n’est un secret pour personne, nous le répètent depuis… 2006 🙂 D’une manière générale, et pour faire écho aux différents commentaires très négatifs que vous publiez régulièrement sur nos sites : ce n’est pas parce que votre expérience a mal tourné que vous devez rejeter la Suisse en bloc. Un peu de discernement permet de donner une image juste du pays. Dans notre cas, notre position est claire : nous ne faisons pas la promotion de la Suisse (lisez tous les articles et aussi mon livre, je suis très clair à ce sujet). D’autre part, la Suisse offre des opportunités professionnelles très intéressantes, qui n’offre plus un pays comme la France par exemple. Et je ne parle pas de qualité de vie… Modifier la réponse
  7. / kohler john

    3 décembre 2014 à 4 h 08 min quel est le salaire brut nécessaire pour une famille de 4 personnes pour ne pas vivre sous les ponts.

    Modifier la réponse

  8. / Loulou55

    4 décembre 2014 à 9 h 02 min Bonjour, Monsieur Talerman, je vois que vous ne publiez plus mes commentaires. C’est déjà fait deux fois ! Êtes-vous intéressé par mon expérience en tant que mère expatriée en Suisse romande et à la recherche d’un emploi ? Peut-être que c’est parce que je dis fort ce que les autres (expatriés) pensent très bas ? Peut-être que c’est parce que les chiffres que je donne dérangent ? Ne vous inquiétez pas, étant très actif à la fois au milieu des écoles françaises de Lausanne et de Zurich mais aussi à l’accueil de Lausanne (accueil du français de l’étranger) et enfin aussi en politique (très près des conseillers consulaires), je vous informe que j’agit sur le terrain en témoignant et en recueillant des témoignages. Je fais également suite aux commentaires de vos collègues de Morning, Time and Regional. Pour votre CV dont j’avais mis en pratique tous les ingrédients, sachez qu’il a été complètement remanié par les ORP qui m’ont suivi pendant ces longs mois de chômage ! Ces professionnels suisses du CV de l’ORP ne sont pas revenus quand ils ont vu vos conseils. Félicitations pour ces désinformations en particulier en ce qui concerne l’amélioration de l’expérience et le nombre de pages, cela m’a fait perdre 6 mois ! Je vous souhaite d’ouvrir votre esprit un peu tout en expatriant à nouveau, vous pouvez voir que chaque expatrié regarde à sa manière son nouveau pays d’accueil et que cela fait partie de la nature humaine ! Que cette fierté développée par certaines personnes qui ont réussi à établir leur entreprise en Suisse est loin d’être la simplicité d’authentiques Suisses. Pour lire les articles que vous mettez en évidence, la Suisse est et restera Eldorado irréprochable. Vous êtes devenu ce genre de personnage qui voit la paille dans l’œil de son voisin et non le faisceau dans son œil. Continuez sur ces thèmes de critique constante de la France et vous vous rendrez compte que votre entreprise sera affectée.

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman

      4 décembre 2014 à 9 h 56 min Chère Madame,

      En ce qui concerne les commentaires des RPO sur le nombre de pages du CV en Suisse, il est probable que : — que vous n’avez pas lu tous les conseils que nous donnons, que ce soit dans le livre ou sur le site. Vous avez probablement téléchargé notre modèle de CV sans vous soucier des commentaires qui vont avec : postuler en Suisse exige du professionnalisme, de la rigueur et de la précision. Donc je perdra encore 2 minutes de mon temps en expliquant ce qui suit : le nombre de pages du CV en Suisse dépend de 2 facteurs, l’expérience et la technicité de la profession. Il est sûr que si vous avez un profil peu qualifié avec peu d’expérience et que vous avez un CV de 4 pages, c’est un problème. Inversement, c’est un problème d’avoir un profil qualifié et expérimenté et de ne mettre qu’une seule page CV. Ce n’est pas nous qui affirmons que ce sont les recruteurs et les professionnels des RH en Suisse. C’est bon sens. Nous livrons ces informations gratuitement sur cette page sur le nombre de pages du CV en Suisse. — que vous n’avez tout simplement pas passé par nos services, ni même lu mon livre (Travailler et vivre en Suisse) ou celui que j’ai co-écrit avec Laurent Schutz (Aimer a job in Switzerland), un professionnel suisse des RH : il est facile de parler de quelque chose que vous ne savez pas… Pour vous répondre plus largement : nous n’avons rien à cacher et sommes sûrs de ce que nos conseils et services. Les seuls commentaires que nous faisons et non post sont des commentaires racistes, xénophobes, insultants ou diffamatoires. Dans la masse des commentaires que nous traitons, il y en a en effet certains d’entre eux. En ce qui vous concerne, l’explication peut se trouver dans la diffamation. Je ne sais pas si vous le réalisez, mais votre commentaire n’a absolument rien à voir avec le sujet, la seule chose que vous faites — et vous le faites très bien — est de dénigrer nos services et notre travail. Le but de ce commentaire est donc de briser notre réputation et notre travail. Ma question est donc : Pour quelle société concurrente travaillez vous ? Ah, désolé, votre commentaire est totalement anonyme, c’est en fait plus simple quand il va dans une direction.

      Enfin, je vous mets en garde contre toute forme de dénigrement ou de diffamation. Le prosélytisme manifeste que vous montrez, qui contredit notre travail, et l’énergie que vous mettez à la décrédibilité ne peut être sans conséquence. Pour être concret, votre « activisme » m’a été ramené par plusieurs personnes qui ont été choquées par la virulence de vos remarques (vous Vous voyez, je ne suis pas encore totalement déconnecté, j’ai la chance d’avoir un « petit » réseau, et juste pour information je travaille parfois en collaboration avec l’ambassade de France en Suisse et avec les personnes qui travaillent avec elle). Nous avons décidé jusqu’à présent de ne pas y prêter attention, la sympathie capitale que nous avons avec nos internautes et clients dérange, nous sommes habitués à recevoir des critiques infondées et déplacées comme la vôtre. Mais je pense qu’il est maintenant temps d’arrêter : comme vous le savez, il y a des lois contre ce que vous faites, et nous n’hésiterons pas une seconde à faire ce qui est nécessaire pour protéger notre réputation et nos intérêts. J’aimerais que vous entendiez bien, il serait dommage d’entrer dans un conflit. Si vous le souhaitez, ma porte est ouverte, vous pouvez même me contacter et nous pourrions échanger ou nous rencontrer, parce que franchement, je ne comprends pas vraiment pas votre attitude.

      PS : Je vous invite à examiner les commentaires de nos clients concernant nos services CV.

      Modifier la réponse

  9. / Brossard

    28 avril 2019 à 0 h 01 min Bonjour,

    Même après cinq ans ce commentaire peut-il être utile. Je ne veux pas polémique. Je suis né en Suisse et j’ai passé ma cinquantaine pendant quelques années. A ma connaissance, un loyer de 1’500.- pour un appartement de deux chambres salon et cuisine n’existe pas sauf dans les zones rurales. Les revenus de notre ménage (couple sans enfants) sont d’environ 7000.- mais économisez 1300.- à 1500.- par mois est un fantasme, pour nous serait plutôt proche de zéro ! Toutefois, les familles avec enfants peuvent vivre dans la dignité grâce aux subventions au logement, à l’assurance maladie et aux allocations familiales. Il convient également de souligner que l’accès au bien n’est qu’un rêve inaccessible pour la grande majorité des citoyens suisses. C’est pourquoi les Suisses ont de belles voitures en l’absence d’une maison.

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman 29 avril 2019 à 8h55 min Bonjour, Merci pour votre commentaire. Comme nous le savons, une étude ne peut pas répéter tous les cas, à coup sûr. Typiquement, entre une famille qui vit à Genève ou à Zurich, et une autre vivant dans le canton de Fribourg ou du Jura, les différences sont très importantes à tous égards. Ce qui est intéressant, cependant, c’est de voir ce que chaque poste de dépense représente en% des recettes, ce qui peut être un bon point de départ pour sa réflexion. Modifier la réponse
  10. / jay

    18 août 2019 à 13 h 43 min La chose drôle dans ces articles de bugets moyens est qu’il y a toujours un fort « biais d’échantillon » dans les commentaires dans le sens qu’il n’y a que les « pauvres » qui critiquent les chiffres évoqués. C’est la même chose sur tous les réseaux sociaux et donc à la fin les gens disent que ce n’est pas possible puisque 90% gagner/économiser moins. Curieusement, ce sont toujours ceux qui ont les revenus les plus bas qui ont le plus d’enfants a des charges..

    Les gens ne savent pas que plus de 10% de la maison suisse sont millionnaires ! Pour ceux qui ont eu l’opportunité. chance, et disipline nécessaire pour faire de bonnes études en Suisse, les chiffres mentionnés sont « ridicules ». Je connais beaucoup de gens (et moi-même inclus) qui ont entre 25 et 30 ans et qui gagnent 30 000 CHF par mois et économisent 10’000 CHF10’000 par mois. Oui, c’est possible !

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman 22 août 2019 à 20 h 34 min Bonjour Jay, Merci pour votre commentaire. Je pense, cependant, que vous faites partie de ce qu’on appelle le dernier quartile (un quart de la population qui gagne la meilleure vie) 🙂 Modifier la réponse
  11. / Bruno

    9 octobre 2019 à 9 h 32 min Bonjour

    Est-il possible de rafraîchir cela. Les chiffres semblent très bas et loin de la réalité Merci

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman 9 octobre 2019 à 22 h 49 min Bonjour Bruno, Les données datent de 2016. Je vais voir s’il y a une mise à jour, mais je ne crois pas. Les données sont au niveau des pays, et il peut y avoir des différences entre les cantons. Peut-être que c’est ce phénomène que vous observez. Dans quel canton habitez-vous ? Modifier la réponse
  12. / Gomes

    29 octobre 2019 à 16 h 22 min Je ne comprends pas les gens qui se plaignent. Personnellement, je vis seul dans un studio pour sauver et je suis très heureux. Rien ne me manque, je sors avec modération je fume et je parviens à mettre 700 francs par mois en épargne avec un salaire brut de 4000. Lorsque vous voulez avoir une vie au-dessus de ces moyens bien sûr que le salaire ne suffit pas. Beaucoup de gens manquent d’éducation financière et veulent faire des compromis. C’est l’une des raisons pour lesquelles la Suisse a tant de poursuites

    Modifier la réponse

    1. / David Talerman 30 octobre 2019 à 8 h 52 min Bonjour Gomes, En effet, l’éducation financière est un point important. J’ai même vu des spécialistes du coaching financier. Et franchement, c’est intéressant. Modifier la réponse

Laisser une réponse Annuler la réponse

Connecté en tant que David Talerman. Déconnexion ?

Écrivez ici…

Sponsors

Show Buttons
Hide Buttons