Investir dans le neuf vs l’ancien dans le Val-de-Marne

L’immobilier est un secteur d’investissement attractif, particulièrement dans des départements dynamiques comme le Val-de-Marne. Choisir entre un investissement dans le neuf ou dans l’ancien dépend de plusieurs facteurs. Voici une analyse des avantages de chaque option pour vous aider à faire un choix éclairé.

Le neuf : Tranquillité et économies à long terme

Des constructions aux normes récentes

Investir dans un programme immobilier neuf dans le val de marne présente plusieurs avantages, notamment en termes de conformité aux normes récentes. Les nouvelles constructions sont généralement plus économes en énergie et plus sécurisées. Cela se traduit par des économies sur les factures d’électricité et une performance énergétique supérieure, un atout indéniable pour attirer des locataires soucieux de l’environnement.

A lire aussi : Les étapes clés pour vendre son terrain à un promoteur immobilier

Meilleure qualité et garanties

Les matériaux utilisés dans les constructions neuves sont plus récents et durables, réduisant les risques de problèmes structurels et de réparations coûteuses à court terme. De plus, les nouvelles constructions bénéficient d’une garantie décennale couvrant les principaux éléments tels que la toiture et les fondations, offrant ainsi une protection contre les défauts de construction pendant plusieurs années.

Avantages fiscaux et frais réduits

Les frais de notaire pour les biens neufs sont réduits à 2 ou 3 %, contre 7 ou 8 % dans l’ancien. Parfois, il est même possible de récupérer la TVA de 20 % sur l’achat. De plus, les dispositifs de défiscalisation comme la loi Pinel permettent des réductions d’impôt significatives.

Lire également : Un constructeur en Ile-de-France s'occupe de votre future maison individuelle

Les conditions incluent que le logement devient la résidence principale d’un locataire aux revenus inférieurs à certains plafonds, avec un engagement de location de 6, 9 ou 12 ans. Découvrez également le programme immobilier neuf dans les hauts-de-seine.

Attractivité pour les locataires

Les logements neufs sont souvent plus attrayants pour les locataires en raison de leur aspect moderne, de leurs équipements de pointe et de leur efficacité énergétique. Ils peuvent également être aménagés selon vos préférences dès les premiers plans, optimisant ainsi la mise en location. Par exemple, en Val-de-Marne le prix médian du m² dans le neuf est de 5671€.

Sécurité législative

Investir dans le neuf offre une meilleure visibilité sur la rentabilité à moyen et à long terme. Contrairement à l’ancien, le neuf n’est pas concerné par les restrictions de location pour les biens énergivores. En application de la loi Climat et Résilience du 22 août 2021, les logements classés G et F ne pourront plus être loués respectivement à partir de 2025 et de 2028.

L’ancien : Rendement potentiel et charme

Rendements élevés et charme historique

Les biens anciens peuvent offrir des rendements locatifs plus élevés en raison de prix d’achat souvent inférieurs et d’un charme historique. Ces propriétés sont souvent situées dans des quartiers bien établis, avec toutes les commodités à proximité. Cependant, ces rendements sont plus aléatoires en raison du risque de travaux imprévus.

Plus de choix et potentiels de rénovation

L’offre dans l’ancien est généralement plus vaste, offrant plus de choix en termes de localisation et de types de biens. Les investisseurs peuvent également trouver des opportunités intéressantes à rénover, ce qui permet d’augmenter la valeur du bien et le loyer potentiel.

Subventions et aides à la rénovation

Pour ceux qui choisissent d’investir dans l’ancien, des subventions et des aides sont souvent disponibles pour financer les travaux de rénovation énergétique. Cela peut atténuer le coût des mises à niveau nécessaires.

Pression législative accrue

Cependant, investir dans l’ancien peut impliquer des coûts supplémentaires liés à la mise aux normes énergétiques, surtout avec les nouvelles législations. Les propriétaires de logements énergivores devront effectuer des travaux pour pouvoir continuer à les louer, sous peine de perdre leur rentabilité locative.