Retour de l’inflation et nouvelle conjoncture economique: quelles consequences sur le marche immobilier?

L’accession à la propriété reste une ambition partagée par une grande majorité de particuliers. C’est tout d’abord une manière d’accéder à davantage d’indépendance, et aussi l’occasion d’aménager ou d’acquérir un logement à son image, dans lequel les occupants se sentent bien et où l’on pourra recevoir ses proches dans de meilleures conditions. Surtout, il est préférable de convertir le budget que constitue loyer d’une location en un investissement immobilier, qui se transformera en capital et pourra à terme générer une éventuelle plus-value en cas de revente future.

L’immobilier reste également un investissement considéré comme sûr, le marché de l’immobilier continuant d’une tendance haussière, en dépit des crises qui se sont succédé ces dernières années. A contrario, certains biens jusqu’alors relativement épargnés par la hausse des prix, ont désormais acquis une nouvelle attractivité. À ceci s’ajoute une nouvelle donne qu’est le grand retour de l’inflation, ayant amorcé une hausse des taux d’intérêts générale, n’épargnant pas les emprunts immobiliers. L’occasion pour nous de passer en revue dans cet article qu’elles sont les conséquences et les perspectives engendrées par cette nouvelle donne.

A lire aussi : Estimer son prix de vente au m2 à Paris en temps de COVID

Accéder à la propriété : un projet qui nécessite de se former dans de nombreux domaines.

Avant d’entrer plus en détail dans les thèmes de cet article, il nous parait important au préalable d’insister sur le fait que se lancer dans un projet d’acquisition immobilière exige de se tenir informé des évolutions du marché, de la réglementation, sans oublier l’évolution des taux d’intérêts ou encore le prix des matériaux et leurs qualités, pour ne citer qu’eux. Rendez-vous donc sur ce site si vous souhaitez profiter de davantage de conseils en immobilier.

Lire également : Devenir agent immobilier : un métier qui recrute !

Les répercussions du retour de l’inflation sur l’immobilier.

Que l’on souhaite acheter un bien pour l’habiter, pour réaliser un investissement locatif ou dans un projet de rénovation avant revente, le grand retour de l’inflation vient se cumuler aux autres facteurs habituels à prendre en compte. Cela se répercute d’une part par une hausse des taux d’emprunt, étant à ce jour l’unique levier envisagé par la banque centrale européenne pour tenter de la juguler. Cette tendance haussière devrait logiquement s’amplifier dans les prochains mois, c’est pourquoi il ne faut pas tarder à solliciter un prêt dès que possible pour profiter de taux d’emprunt intéressants. Tant que ces derniers restent inférieurs à l’inflation réelle, ce rapport sera en votre faveur, et lorsque l’inflation reviendra à ses niveaux antérieurs, il sera temps d’envisager une renégociation des crédits contractés.

Cette vague inflationniste touche également et sensiblement les matériaux de construction, aucun n’étant épargné, ainsi que l’énergie et les carburants. Conséquence, le montant du cout des travaux monte aussi en flèche, il faut donc prendre en compte ce facteur et évaluer au plus près les besoins, mais aussi envisager des solutions alternatives qui permettront de mieux les maîtriser. Par exemple, pour un chantier de rénovation, la récupération ou le réemploi d’anciens éléments en bon état devient quasi impératif pour faire des économies, ce qui au passage est aussi un geste responsable et écologique à généraliser autant que possible.