Comment acheter des domaines viticoles sur la vallée de la Loire 

Posséder un domaine viticole ou un vignoble est un avantage tant sur le plan économique que sur le plan personnel. Un bien de cette envergure vous permettra non seulement de relativement arrondir votre salaire mensuel, mais également de réaliser le rêve de plus du deux tiers des habitants de la Loire : posséder un vignoble. Découvrez donc comment vous approprier le vôtre.

Recourir aux services de cabinets spécialisés dans la vente de vignobles et domaines viticoles

L’un des moyens les plus rapides et sûrs permettant d’entrer en possession d’un vignoble ou d’un domaine viticole est le recours à des professionnels. Il s’agit de spécialistes du domaine du marché immobilier vitivinicoles. En effet, ils sont capables de vous dénicher les meilleurs vignobles à vendre sur la vallée de la Loire, et ce, à bon prix.

Lire également : Pourquoi investir dans l’ancien à Lyon ?

Ampelio, par exemple, est l’un des spécialistes les plus reconnus dans le domaine depuis 2002. Ils ont pour vocation l’accompagnement complet des clients dans leurs projets d’achat, de reprises, de transmissions ou même de reconversion viticole. De nombreux particuliers ont d’ailleurs recours à leur expertise chaque année et en sortent toujours satisfaits.

Les professionnels maîtrisent le domaine en question et sont de fait en mesure de vous conseiller rationnellement. Aussi, plus ils ont de l’ancienneté dans le domaine, plus il leur est facile d’intervenir. D’une part, ils ont eu le temps de créer des relations professionnelles solides avec les acteurs du domaine. D’autre part, ils connaissent mieux que quiconque la procédure à suivre et les options qui pourraient se présenter à vous.

A découvrir également : L'investissement sous forme de SCPI, qu'est-ce que c'est ?

En termes plus simples, recourir à des professionnels vous donne une longueur d’avance sur les démarches à suivre. Mieux, ce procédé augmente vos chances d’entrer effectivement en possession du domaine le plus tôt possible.   

Définir les raisons claires de l’appropriation d’un tel bien

Avant de vous aventurer dans une quête d’acquisition d’un domaine viticole, vous devez avant tout déterminer le projet pour lequel il servira. Cela vous permettra aux premiers abords de dire avec précision ce dont vous avez besoin. Le travail du potentiel professionnel que vous engagerez est alors radicalement réduit.

Mieux, vous réduisez quantitativement vos chances d’être déçu par la suite. En effet, certaines locations conviennent pour certains types de plantations. Ce point définit la qualité de ce qui ressortira de votre domaine.

Aussi, il ne faut surtout pas négliger l’aspect de la superficie du domaine. Il vous faut déterminer si vous avez besoin d’un domaine assez vaste ou plus restreint. C’est également en fonction de ce à quoi servira le domaine viticole que vous établirez les pourtours de ce point.

Pour finir, vos besoins définiront également le montant qu’il faudra investir pour posséder le domaine. Ainsi, plus vos idées seront claires et bien réfléchies, plus vous éviterez les dépenses inutiles inhérentes à l’acquisition du domaine.           

Les démarches administratives à traverser

Pour obtenir votre domaine viticole, certaines démarches sont incontournables :

Les audits à faire

En premier lieu, il vous faudra passer par une phase de vérification complète du domaine que vous comptez acquérir. L’audit de qualité et réglementaire est la première étape. Il s’agira d’examiner avec précision le vignoble en question. Vous pouvez vous faire accompagner d’un œnologue qui vérifiera d’un œil d’expert les qualités et défauts du domaine. Aussi, il vérifiera que toutes les réglementations en rapport avec ce type de bien sont respectées.

Ensuite, vous devrez également effectuer un audit de l’environnement et du périmètre du domaine. Il s’en suivra une vérification de la réglementation des produits finis et étiquetés.

Les autorisations à obtenir  

Une fois ces étapes passées, vous devrez obtenir l’agrément de la SAFER. Par la suite, vous aurez également besoin de l’autorisation d’exploiter. Pour la récupérer, il faudra vous adresser à la DDTM. Pour cette dernière, vous n’aurez à fournir un diplôme que si vous êtes un jeune agriculteur.

Pour finir, il faudra également prouver l’origine légale des fonds que vous allez investir dans le domaine. À cette étape, vous serez soumis à la procédure TRACFIN. Ce procédé permet d’éviter toute tentative de blanchiment d’argent par de potentiels individus malhonnêtes.