La ligne de vie horizontale : les réglementations

La ligne de vie horizontale est un système de sécurité qui est utilisé pour protéger les travailleurs contre les risques de chutes. Leur permettant de s’agripper lorsque cela s’impose, elle peut être installée sur des toitures, des zones de production et même des machines. Dès lors qu’il y a un travail à réaliser en hauteur, l’installation d’une ligne de vie horizontale est envisageable. Cependant, elle doit respecter des normes et réglementations strictes afin de véritablement garantir la sécurité du travailleur.

Les normes à respecter lors de la conception de la ligne de vie

L’importance de la ligne de vie sur les lieux de travail à risques n’est plus à démontrer. Chaque année, plus de 10 % des accidents de travail sont des chutes d’un point en hauteur. L’installation de système de protection des travailleurs fiables revêt donc une importance capitale. De fait, les normes exigent que cette fiabilité soit éprouvée dès la conception.

A lire également : Comment choisir le bon professionnel pour vos travaux ?

Résistance

Afin que ce système antichute soit réellement efficace, il faut avant tout qu’il soit résistant. La ligne de vie horizontale est destinée à retenir des travailleurs pour empêcher que ces derniers tombent de lieux élevés. Il va de soi qu’elle doit être conçue pour supporter facilement certains poids. En l’occurrence, le câble de la ligne horizontale doit être fait pour supporter le double de l’effort de crête. C’est ce que stipule la recommandation R 430 de la Caisse nationale d’Assurance Maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) de 2007.

Si vous cliquez ici, vous pourrez trouver des lignes de vie horizontales parfaitement conformes à ces exigences de résistance. L’effort de crête est l’effort maximal développé dans le sens du câble de la ligne de vie au moment de l’arrêt de la chute. En dehors du câble, la structure porteuse de la ligne de vie ainsi que les éléments de fixations doivent avoir au moins la même résistance. Ces derniers, en plus du poids des travailleurs, sont soumis à la pression du vent et au poids de la neige par exemple. Ils doivent donc être d’une grande sécurité pour leur utilisateur.

A lire en complément : Béton détérioré : quelle démarche suivre pour le réparer ?

ligne de vie horizontale

Dimensions

Il y a deux types de lignes de vie horizontales. Vous avez la ligne de vie câble et la ligne de vie rail. Pour chacun de ces types de systèmes antichute, l’usage d’un équipement de protection individuelle (EPI) est requis. C’est ce dernier qui rattache le travailleur aux points d’ancrage de la ligne de vie horizontale.

Les normes européennes exigent que les EPI et les lignes de vie soient conçus de sorte à respecter des dimensions précises. La distance d’arrêt du système doit inclure une hauteur de 2,50 mètres. Elle prend en compte l’allongement du harnais et la taille du travailleur. Elle inclut aussi un espace sous les pieds.

Les règles à respecter lors de l’installation de la ligne de vie horizontale

L’installation des lignes de vie horizontales ne peut être confiée à n’importe qui. Même si ces dernières sont conçues conformément aux réglementations, elles doivent être installées par des professionnels. Nous vous recommandons donc de faire appel à des experts de la pose de systèmes antichute. De cette manière, vous assurez la sécurité de vos employés.

Ces experts maîtrisent les techniques de scellement et d’assemblage métalliques. Ils sauront garantir la pérennité de l’installation pour une utilisation sereine. La réglementation exige que l’installation de systèmes antichute soit suivie de tests rigoureux avant de permettre leur usage. Ces tests concernent notamment les scellements chimiques.

Ces derniers doivent être éprouvés à 500 daN (décanewton) pendant une quinzaine de secondes. Cela équivaut à supporter une charge d’environ 510 kg. Outre le test des scellements chimiques, les couples de serrage doivent être vérifiés, et ce, selon la note de calcul. C’est uniquement après tous ces examens que votre ligne de vie horizontale sera réellement opérationnelle.

À la fin de l’installation, la norme NF EN 795 : 2012 exige qu’un marquage soit mis en place sur la ligne de vie ou l’ancrage. Ce marquage doit être fait selon la norme européenne EN 365. Il faut également qu’un dossier d’instructions soit élaboré. Il atteste de la qualité de la pose et la facilité de l’entretien. C’est une autre raison pour laquelle, seuls des professionnels doivent procéder à l’installation de la ligne de vie horizontale.

La réglementation à suivre pour l’entretien de la ligne de vie horizontale

La réglementation prévoit des vérifications périodiques pour assurer un entretien optimal au système antichute qu’est la ligne de vie horizontale. La périodicité doit être appropriée et limiter autant que possible l’apparition de défectuosités imprévues qui peuvent mettre en danger la vie des travailleurs.

Aucune période fixe n’est déterminée, mais les lignes de vie horizontales sont à examiner aussi souvent que possible. Cela implique un examen dès l’installation, après le remplacement d’un élément ou simplement après un arrêt de chute.

sécurité chantier ligne de vie

Point d’ancrage

Les points d’ancrage sont les parties du système auxquelles les EPI sont reliés et rattachés. Vous devez prévoir un entretien régulier de ceux-ci pour vous assurer qu’ils sont toujours bien fixés et bien serrés. La réglementation recommande un entretien au moins annuel. Toutefois, rien ne vous empêche de le faire à des intervalles plus courts. L’essentiel est que cet entretien soit réalisé par des personnes formées pour la tâche.

Équipement de protection individuelle

Comme les points d’ancrage du système, les EPI aussi ne doivent pas échapper à l’entretien périodique. En fonction du type d’équipements, la période peut changer. Toutefois, elle ne doit pas dépasser douze mois comme stipulé dans les articles R4323-100 et R 4323-101 du Code du travail. Quelles que soient les vérifications faites, les dates et les constats sont à inscrire dans le registre de sécurité. Cela permet d’assurer le suivi des équipements.

Respecter cette mesure augmente aussi les chances de détecter les dysfonctionnements avant que ces derniers n’aient de conséquences graves. En plus des vérifications régulières, l’entretien comprend le nettoyage des différentes composantes du système. Une telle opération limite leur dégradation, prolonge leur durée de vie et garantit leur résistance.

Il en ressort que les réglementations sur les lignes de vie horizontales sont strictes et concernent leur conception, leur installation et leur entretien. La plupart d’entre elles sont regroupées sous la norme NF EN 795 : 2012 qui a évolué au cours du temps.