Aides de l’État : connaissez-vous vos droits en matière de logement ?

On sait tous que les travaux de rénovation d’un logement au vieillissement sont souvent onéreux. C’est dans cette démarche que l’État français met à la disposition du contribuable, un certain nombre de programmes d’aides. Malheureusement, celles-ci ne sont pas connues de tous. Voici un petit tour d’horizon sur la question pour les mettre au jour.

L’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (Anah)

Le changement d’une chaudière ou l’installation d’un monte-escalier est parfois compliqué, quand on a un budget serré. Ce n’est pas la fin du monde, puisque vous pouvez bénéficier de nouvelles aides financières pour le chauffage avec l’Anah. Très peu connues du grand public, les aides apportées par cette structure ont des conditions d’accès plutôt complexes.

N’empêche que cela demeure un coup de pouce, qui pourra vous aider à améliorer les conditions de vie dans votre logement. Toutefois, elles ne sont pas utilisées par les bénéficiaires. L’État a déboursé plus de 700 millions d’euros d’aides aux propriétaires bailleurs, aux propriétaires occupants, mais également aux copropriétés, rien qu’en 2018.

Outre l’Anah, il existe aussi un certain nombre d’aides au logement comme :

« Habiter mieux agilité »

C’est une aide qui a été mise récemment en place. Elle est destinée aux propriétés individuelles. Pour des travaux comme l’isolation des murs, l’isolation des combles et le changement de chaudière, elle contribue entre 35 % et 50 % du montant des travaux. Cette forme d’aide au logement est un complément du programme « Habiter mieux ». En effet, elle permet de financer l’ensemble des travaux d’économie d’énergie, peu importe le type d’habitation. Sa contribution s’élève à 60 % du montant des travaux pour un montant compris entre 7 000 et 10 00 euro.

« Habiter sain »

Elle est destinée à la rénovation d’un logement dégradé. Cette aide est également utilisée pour rénover des réseaux d’eau, d’électricité, de gaz ou encore pour un changement de toiture. Vous pouvez bénéficier de la moitié du financement si le budget des travaux n’excède pas 10 00 euro.

« Habiter serein »

Bien qu’elle soit aussi destinée au financement des travaux, sa particularité est qu’elle est employée pour des travaux beaucoup plus grands tels que la rénovation des logements insalubres. Pour un coût maximum de 25 00 euro, l’Anah finance la moitié du montant. Durant l’année écoulée, 13 millions ont été déboursés pour des travaux de résorption de l’habitat insalubre.

« Habiter facile »

Cette aide de financement n’est destinée qu’à l’adaptation des logements au vieillissement. Elle s’applique également pour des travaux d’installation d’une salle de bain ou d’un monte-escalier. Pour des travaux allant jusqu’à 10 000 euros, l’aide peut subventionner la moitié du montant. 16 985 logements en ont bénéficié au cours de l’année 2018.

« Louer lieux »

Ce programme est destiné aux propriétaires bailleurs. En effet, avec « louer mieux » ils pourront bénéficier d’une réduction d’impôt entre 30 % et 85 % sur les revenus fonciers. Cette réduction est faite en échange d’une location aux personnes avec des revenus modestes, et pour un montant de loyer abordable.

Mais attention, il y a un hic ! En dehors du programme « louer mieux », les personnes aux ressources modestes sont les seules éligibles aux aides.

Show Buttons
Hide Buttons