Comment investir près de Paris ?

Contrairement à une croyance généralisée qui tire son fondement dans la cherté avérée du coût de la vie dans la capitale française, investir dans l’immobilier dans la sous-région parisienne peut s’avérer une opération plus que rentable…Pourquoi ? Comment s’y prendre concrètement ? Réponses.

Pourquoi investir dans la sous-région parisienne ?

A l’opposé de Paris intramuros, les communes qui bordent immédiatement la capitale comme Montreuil, Saint-Denis, ou encore Levallois offrent des opportunités souvent intéressantes en matière d’investissements immobiliers.

En effet, les prix y sont souvent plus abordables que dans le voisinage parisien immédiat. A titre illustratif, alors que dans les arrondissements parisiens, le prix du mètre carré se négocient entre 6,8 et 8,6 euros, dans ces communes, les fourchettes de prix se situent au contraire entre 3,14 et 6,4 euros (source : statistiques de la chambre des notaires de Paris). Et cette tendance reste inchangée même si l’on se positionne cette fois-ci au niveau des prix des logements à l’unité. Ainsi par exemple, pour un deux pièces d’une superficie de 40 à 50 m², à Ivry, Saint-Denis, ou encore Issy-les-Moulineaux, les fourchettes de prix se situent entre 160 000 et 390 000 euros. Pour le même type de logement, sur Paris intramuros, il est extrêmement improbable de trouver des offres à moins de 400 000 euros (Source : statistiques de la chambre des notaires de Paris).

Au-delà de ce premier aspect, si les communes bordant Paris constituent un terreau d’investissement très intéressant, c’est aussi en raison des perspectives de rentabilité sur investissement bien supérieures qu’elles offrent par rapport à la capitale. En effet, alors que les prix d’acquisition y sont plus bas, ceux des loyers y conservent au contraire un niveau assez important du fait de la supériorité de la demande par rapport à l’offre. Ainsi, si l’on mise sur un investissement locatif, les rendements bruts peuvent atteindre en moyenne, selon les communes concernées, entre 4,30% et 6,40% alors que sur Paris, il est rare qu’ils dépassent les 4%.

Enfin, la concrétisation prochaine (d’ici à 2030) du projet Grand Paris Express qui prévoit d’étendre le réseau de transport de la capitale à sa sous-région immédiate devrait également, à terme, valoriser énormément les investissements immobiliers dans ces communes.

Comment investir dans ces localités avoisinant la capitale ?

Différentes perspectives sont possibles. L’une d’entre elles est l’investissement locatif. En effet, ainsi qu’il a déjà été souligné, ce type d’investissement peut s’avérer extrêmement rentable dans ces localités avoisinant la capitale. Pour ceux qui opteraient pour cette alternative, l’idéal serait toutefois de la coupler avec les dispositifs de défiscalisation immobilière tels ceux institués par la loi Malraux.

En effet, rappelons que cette loi permet à un investisseur personne physique de bénéficier d’un dégrèvement fiscal de 22 à 30% pour peu que son investissement porte sur un immeuble situé dans un secteur sauvegardé qu’il a rénové puis mis en location immédiatement après les travaux.

Mise à part cette première catégorie d’investissement, il est également envisageable d’investir dans le neuf dans ces communes. Mais là aussi, il faut essayer de profiter des dispositifs de défiscalisation institués par l’Etat sur ce segment tels ceux consacrés par la loi Pinel.

Pour ce qui est de la géographie des investissements, préférez les biens situés autour du Périphérique, du côté de Saint-Ouen, Issy-les-Moulineaux, Gentilly, Aubervilliers ou encore Créteil. Etant concernées par les projets d’extension de la ligne de métro parisienne, ces localités sont en effet celles qui offrent le mieux une garantie de valorisation patrimoniale autant sur le moyen que sur le long terme.

Pour plus d’informations sur la défiscalisation immobilière, vous pouvez vous rendre sur ce site.

Show Buttons
Hide Buttons