Parquet contrecollé ou parquet massif, lequel choisir pour sa rénovation ?

Si pour la rénovation d’intérieur de vos pièces vous avez pour projet de poser du parquet pour le revêtement de vos sols mais que vous hésitez entre le parquet contrecollé et le parquet massif, il vous faudra vous poser les bonnes questions pour faire le choix qui correspond à vos besoins mais également prendre en considération que les deux se différencient tant par leur prix que par le confort que chacun d’entre eux peut apporter.

Quels sont les avantages et inconvénients d’un parquet massif ?

Connu pour être le plus solide de tous les styles de parquets, le parquet massif est un revêtement de sol intégralement constitué du même bois (chêne, hêtre, pin, etc.) sur toute son épaisseur pour lui assurer prestige, résistance et grande robustesse dans le temps (si son entretien se fait de manière régulière et efficace, un parquet massif peut tout à fait devenir centenaire). Permettant de réaliser divers ponçages, le parquet massif dont l’épaisseur des lames peut varier entre 20 et 23 cm est notamment utilisé pour être :

A voir aussi : Comment choisir une entreprise de rénovation pour réaliser ses travaux ?

  • Clipsé (parquet flottant pour une pièce telle qu’une chambre)
  • Cloué de manière traditionnelle pour une pièce telle qu’un salon
  • Collé pour apporter à votre pièce une isolation acoustique supplémentaire

Décliné sous un large éventail, il vous sera ainsi possible de le choisir pour vos pièces en fonction de sa résistance à l’usure et l’humidité, sa couleur, sa dureté ou encore sa rigidité. Pouvant être ciré, vitrifié, blanchi, etc. c’est bien lui qui apportera, selon son type et votre investissement, un cachet indéniable à la finition de votre intérieur en fonction de son effet qui peut être brossé, vieilli ou teinté. Il faut tout de même garder à l’esprit que le parquet massif reste le plus onéreux en termes de prix sur le marché des parquets.

Le parquet contrecollé : l’alternative économique pour une rénovation réussie

À l’inverse du parquet massif, le parquet contrecollé n’est pas un revêtement de sol composé exclusivement du même bois mais il propose malgré tout certains avantages pour la rénovation de votre pièce qu’il faut savoir lui reconnaître en termes de finitions.

A découvrir également : Autoconstruction : 3 idées d'extension de maison en bois

Fabriqué en usine, ce revêtement est constitué de trois couches superposées sur chaque lame. C’est la première de celles-ci qui va donner l’aspect de bois massif grâce à l’essence de bois noble dont elle est dotée. Appelée couche de parement, c’est l’épaisseur de cette première couche qui détermine sa qualité. Allant de 2 à 6 mm, plus elle sera épaisse, plus évidemment sa résistance sera accrue. Les autres couches quant à elles seront conçues en dérivés de bois.

Tout comme le parquet massif Quick Step, le parquet contrecollé se décline en diverses essences de bois et est proposé dans divers styles et de nombreuses couleurs. Étant une solution se rapprochant le plus du parquet massif, il peut, lors de sa pose être cloué mais il se destine de plus en plus à une pose de parquet flottant qui se révèle nettement plus économique et rapide mais il peut également être collé pour apporter une parfaite isolation acoustique ainsi qu’une stabilité optimale lors de sa pose.

Proposé à des prix beaucoup plus abordables que le parquet massif, le parquet contrecollé, qui peut également être stratifié pour simplifier son entretien possède également l’avantage d’être adapté aux sols chauffants et d’être et facile à nettoyer quelle que soit la pièce dans laquelle il se trouve, y compris dans la salle de bains. C’est d’ailleurs le parquet contrecollé qui se montrera le plus résistant à l’usure et à l’humidité dans les pièces techniques ou humides comparé aux parquets massifs.