Premier investissement locatif: comment s’y prendre ?

Investir dans l’immobilier  est l’une des activités récemment accompagnée par l’État par le biais de différents dispositifs légaux. En effet, les immeubles sont quasiment anciens, notamment en ville. De ce fait l’État a dû intervenir pour relancer les constructions. Côté investisseur, le premier investissement locatif est de loin un réel challenge auquel celui-ci doit faire face. Le marché locatif reste encore large et les revenus non-négligeables. Toutefois, ce qui pose problème c’est la source de fonds d’investissement, la zone où intervenir et la gestion locative.

Les défis à relever pour réussir

Les banques classiques disposent d’un prêt immobilier destiné à ceux qui veulent pénétrer le marché de l’immobilier. Comme c’est un produit financier, il est donc assorti d’intérêts. Ainsi, il faut avoir la capacité et la volonté de tout mettre en œuvre pour réussir d’abord ; mais également la connaissance de la procédure bancaire liée à ce type de produit. Le premier investissement locatif, comme acheter un appartement neuf par exemple, implique donc de la persévérance et de la détermination.

A voir aussi : Choisir son agence immobilière : comment s’y prendre ?

Quant à la zone d’intervention, elle n’est pas très difficile à identifier. Il suffit de connaître les opportunités de chaque zone et de les utiliser. La campagne est actuellement très prisée et elle est même devenue le premier choix des foyers pour implanter leur résidence principale. Les maisons ou appartements en ville sont devenus de plus en plus des résidences secondaires. Cette tendance peut être une grande opportunité pour un investisseur qui sait pénétrer là où tout le monde ne veut pas entrer. En d’autres termes, il faut avoir le goût du challenge, et évidemment les efforts qui vont avec, pour réussir son premier investissement locatif dans une zone précise.

Nul n’est sans savoir que la gestion locative n’est pas l’apanage de tout le monde. Il existe des professionnels ayant fait des études spécifiques pour gérer le patrimoine des autres. Les syndics, les notaires, qui travaillent seuls ; ou bien les établissements à vocation professionnelle comme les agences immobilières ou les cabinets d’administration de biens ; ce sont tous des professionnels à qui tout investisseur peut confier la gestion locative de son patrimoine. Il est à noter cependant que les syndics n’ont pas la meilleure réputation en la matière. De même pour les notaires qui sont plutôt spécialistes des actes spécifiques en matière de legs. Donc pour réussir son premier investissement locatif, il s’avère plus bénéfique de travailler avec les agences immobilières ou les cabinets d’administration des biens. Ces derniers travaillent en vue de faire fructifier l’investissement via les revenus fonciers. Pour en apprendre plus sur l’immobilier et ses spécificités, consultez le site Immoz Info.

A voir aussi : Comment bien réussir sa mise en location ?

Acheter une maison ou un terrain à bâtir, lequel est le plus rentable ?

Avant même de se lancer dans la gestion locative, il faut d’abord qu’il y ait l’immeuble, objet du travail. Alors, ici, il sera traité le choix entre l’achat d’un terrain et d’une maison ou d’un appartement. Un premier investissement locatif est similaire à l’achat d’un nouveau vêtement, à quelques détails près. Comme dans les boutiques où acheter un tissu pour ensuite le coudre est une chose, et d’acheter une robe toute faite en est une autre. Sachez que c’est aussi valable en termes d’immobilier. Il est préférable de trouver un terrain nu, sur lequel sera bâti l’immeuble de votre choix. Étant un bon investisseur, vous devez suivre le cours des demandes, du coup, la construction, c’est-à-dire prendre en compte le plan. Aussi, les spécificités de votre bâtiment doivent être conformes à la demande. C’est de loin la meilleure façon de constituer un patrimoine avant de tirer profit en faisant le premier investissement locatif.

Construire une nouvelle maison implique l’élaboration d’un nouveau plan, une durée de travaux plus longue et, peut-être aussi, une somme plus grosse. Mais dans l’intérêt de l’investissement immobilier locatif, ces impératifs se transforment en revenus futurs à moindre risque. Pourquoi ? Parce qu’avec l’évolution de la technologie moderne, les bâtiments nouvellement construits sont plus solides et plus résistants. Les nouvelles constructions se basent sur l’amélioration des anciennes techniques.

En revanche, il y a ceux qui optent pour la réhabilitation d’anciennes constructions tout en gardant leur beauté d’antan. Parfois liées à une histoire, les anciennes maisons ont plus de valeur et affichent donc un loyer plus élevé. Aussi, certains préfèrent effectuer leur premier investissement locatif dans ces anciennes constructions qui sont encore nombreuses dans plusieurs régions, en l’occurrence l’île de France, une des régions les plus peuplées de France. Ainsi, les réparations peuvent s’avérer coûteuses et l’exécution des travaux peut s’étaler sur du long terme. Mais en conservant la base de l’immeuble, l’investisseur ne réalise pas seulement une activité génératrice de revenus mais également un prolongement de l’histoire. Et ce dernier rapporte beaucoup. Le seul inconvénient est que parfois la réhabilitation conduit à une modification complète des grands axes de l’immeuble. Lorsque celui-ci est trop ancien, il n’arrive pas à se marier avec les transformations. Dans ce cas, le premier investissement locatif est périlleux. Cela ne signifie pourtant pas qu’il faut éviter de s’aventurer dans cette option, au contraire, un bon investisseur sait où mettre les pieds, comment faire pour que le projet ne tombe pas à l’eau. Le même scénario peut se produire lorsque l’investisseur veut acheter un appartement. La différence réside dans la taille du bien et donc de la somme à y consacrer.

Quel est le type de location le plus rentable ?

Quel est le type de location le plus rentable ? Il n’y a pas de bonne réponse, tout dépend des préférences de l’investisseur. Il convient pourtant de citer les points forts de chaque type de location ainsi que leurs faiblesses. Lors d’un premier investissement locatif, l’important est de savoir tirer profit de son choix.

Investir dans l’immobilier est rentable pour une location meublée car le loyer est plus élevé. En plus, c’est plus pratique pour le locataire, notamment en matière d’équipements de base à l’instar des ustensiles de cuisine et des matériels de nettoyage. Une location meublée est surtout attractive dans les milieux touristiques et près des universités. Son atout est qu’il est facile de trouver des locataires potentiels, étant donné l’emplacement de l’immeuble, mais aussi par l’existence des équipements prêts à être employés.

Malgré les meubles et les équipements de base compris dans la location, il existe un certain nombre de foyers qui préfèrent acheter eux-mêmes leurs biens mobiliers. De la sorte, ce n’est pas l’idéale pour un premier investissement locatif, tenant compte de l’exigence des clients.

L’autre forme de location est la location vide. Contrairement à la première, celle-ci offre une maison ou un appartement vide. Parfaite pour les salariés et certains entrepreneurs ou entreprises qui se proposent de s’implanter dans une zone définie, le loyer est moindre car ne comprend pas des biens mobiliers.

Le côté fiscal, un autre paramètre à prendre en compte

Un premier investissement locatif réussi repose sur l’analyse du cash-flow. La pérennité d’une entreprise est à la mesure de sa solvabilité. Comme ce type d’activité nécessite des fonds importants, la plupart des investisseurs effectuent un prêt immobilier. Parvenir à honorer ses dettes veut dire que l’activité fonctionne bien. Ce bon fonctionnement s’exprime à travers les avantages fiscaux dont l’entrepreneur bénéficie. Ceux-ci sont de plusieurs formes, mais deux émanent de l’État. Ce sont des lois qui sont mises en application afin de stimuler l’investissement immobilier. Il s’agit de la loi Pinel et la loi Censi Bouvard, deux dispositifs bénéfiques pour un premier investissement locatif.

Qu’est-ce que la loi Pinel ?

Élaborée par l’ancienne ministre du Logement, la loi Pinel est un système palliatif à la pénurie de logements, qui est accessible à la plupart des contribuables. Pour en bénéficier, des conditions sont à remplir à savoir : être âgé de 18 ans au minimum, avoir un faible niveau d’endettement, des revenus réguliers et stables. Le dispositif Pinel, qui prendra fin en décembre 2021, permet en effet au premier investissement locatif de jouir d’une défiscalisation pour quelques types de logements situés dans des zones limitées. Sont éligibles à ce dispositif les logements neufs, remis à neufs ou vendus en l’état futur d’achèvement (VEFA).

Qu’est-ce que la loi Censi Bouvard ?

À quelques différences près du dispositif Pinel, la loi Censi Bouvard est une autre forme de défiscalisation de l’investissement dans l’immobilier. L’exonération porte sur les logements neufs ou en achèvement destinés à la location et dont la location n’est pas l’activité principale du propriétaire, ou les logements achevés depuis moins de 15 ans, mais rénovés. Pour un premier investissement locatif, ce type de défiscalisation favorise la facilité de paiement du prêt immobilier ou, le cas échéant, un nouvel investissement. Elle est prolongée jusqu’en fin décembre 2021 et n’est limitée que par le territoire de la France métropolitaine.

Show Buttons
Hide Buttons