Région Île-de-France, peut-on faire une plus-value à la revente ?

Dans la région Île-de-France, l’année précédente a été particulièrement dynamique en vente immobilière. Même si l’on constate que la vente se concentre tout particulièrement sur les appartements, la vente des maisons particulières se veut aussi très active. Cela signifie tout simplement que la région Île-de-France ne connaît pas d’arrêt. C’est pourquoi la revente de bien immobilier est toujours intéressante, dont la possibilité de plus-value.

La particularité du secteur immobilier en région Île-de-France

La région Île-de-France enregistre le record des ventes immobilières en tous genres dans toute la France. Réputée pour être la plus demandée et aussi la plus chère du marché immobilier, plusieurs investisseurs et experts dans le domaine s’intéressent particulièrement à cette région. Voici quelques raisons qui expliquent cet intérêt.

Lire également : Quelles sont les étapes d’une vente immobilière ?

Une hausse dans tous les types de biens immobiliers

Le marché de l’immobilier en Ile-de-France ne cesse de connaître une hausse constante des prix. En revanche, cette augmentation n’entache aucunement le dynamisme de la vente immobilière qui se porte toujours en grande forme. On parle notamment du marché de l’immobilier ancien qui garde toujours le cap en attirant la majorité des investisseurs immobiliers, d’après la Chambre des Notaires de Paris.

Mais pas que ! Les appartements et les maisons connaissent aussi un grand succès et ont commencé à gonfler la statistique des ventes immobilières dans toute la région Île-de-France. En effet, la vente des maisons a particulièrement brillé en 2019 pour atteindre 57 630 ventes en 12 mois, avec une hausse limitée à 1,9 %.

Lire également : Comment trouver un emploi dans le secteur de l’immobilier ?

De l’autre côté, la vente des appartements reste en bonne voie avec une hausse de plus de 10 % des ventes. L’année dernière, on a enregistré plus de 32 960 ventes.

immobilier en île de france

L’intérêt pour l’immobilier de luxe

L’immobilier de luxe connaît un boom exceptionnel et intéresse autant les particuliers que les investisseurs immobiliers. Avec les lofts, les résidences bourgeoises ainsi que les appartements de standing, les ventes se font généralement de manière express, malgré la légère hausse annuelle du prix de l’immobilier.

Plusieurs exigences définissent le marché du luxe, notamment la vue, la superficie, une décoration avec goût et une situation avantageuse.

Pour information, lorsqu’un logement se vend à plus de 12 000 € le mètre carré pour un prix total avoisinant les 2 à 4 millions d’euros. On le catégorise comme étant un immobilier de luxe. Les biens d’exception dépassent de peu ou largement ces plafonds. Les arrondissements convoités se situent dans les 1er, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e et 16e à Paris. D’où, un investissement plus qu’intéressant en matière de plus-value.

Un investissement plus qu’intéressant en banlieue parisienne

Les banlieues parisiennes représentent également d’excellents marchés immobiliers, car on y enregistre une hausse significative des ventes immobilières. Les petites et les grandes couronnes ont toutes deux montré une hausse allant de 10 %. À Montreuil, Vincennes et Noisy-le-Grand par exemple une augmentation des ventes a été constatée d’environ 7 à 8 %.

Dans le Pantin, la hausse des prix de vente atteint + 4 %, notamment à Versailles, à Maisons-Laffitte et à Fontainebleau. Notons que le mètre carré en pleine banlieue parisienne tourne autour de 4 000 € à 5 000 € le mètre carré. Un marché qui se distingue par sa très forte demande immobilière dans tous les types de biens. On note l’appartement et la maison.

La possibilité de réaliser une plus-value à la revente

Faire affaire dans la région Île-de-France est particulièrement intéressant pour les agences ainsi que les particuliers désireux de vendre leur bien. Les possibilités de plus-value sont énormes, et ce, grâce à la hausse annuelle observée dans toutes les ventes immobilières de l’Île-de-France.

Comment fonctionne la plus-value ?

La plus-value immobilière est le bénéfice que vous obtenez en vendant votre bien plus cher par rapport à son prix d’achat. Elle s’applique notamment aux maisons, aux appartements et aux terrains. Dans certains cas, la plus-value peut être exonérée d’impôts. Dans d’autres cas plus fréquents, elle est taxée en fonction des caractéristiques du bien vendu.

En effet, si le particulier vend sa résidence principale, la plus-value obtenue lors de la vente est entièrement exonérée d’impôts. Par contre, s’il s’agit d’une résidence secondaire détenue depuis moins de 22 ans, la taxe s’élève à 36,2 % de la vente. Ce n’est qu’à partir de 30 ans que la résidence secondaire peut être complètement exonérée d’impôts.

Peu de maisons neuves en région Île-de-France

La région Île-de-France enregistre un très faible taux de constructions neuves. On ne compte que 700 logements neufs qui sortent de terre chaque année. De ce fait, le marché immobilier est de très loin dominé par l’immobilier ancien, que ce soit pour l’appartement ou la maison secondaire et principale.

Ce qui fait que les agences immobilières et les particuliers ont beaucoup de chance d’être exonérés d’impôts, surtout si la maison date de plus de 30 ans. Notons que le prix au mètre carré des maisons neuves avoisine les 9 000 €. La plus-value risque donc d’être taxée.

De ce fait, pour profiter pleinement de la plus-value sur une revente, le bien devra être une résidence principale, que l’on parle d’immobilier ancien ou neuf.

plus-value et revente immobilière

Que faire pour profiter pleinement de la plus-value ?

L’exonération d’impôt dépend entièrement du bien en lui-même. Autrement dit, il est difficile d’affirmer qu’un vendeur peut systématiquement bénéficier de la plus-value sur une revente. Certes, la région Île-de-France montre un potentiel énorme en matière de marché immobilier.

Cependant, à part les critères de base sur les biens qui bénéficient d’exonération de bien ou non, il existe certains critères à prendre en compte qui permettent de profiter pleinement de la plus-value.

On parle ici de la première revente d’une résidence secondaire. Si un vendeur propriétaire n’a pas été propriétaire de sa résidence principale au cours des 4 ans avant la cession, la revente de la résidence secondaire est exonérée d’impôts.

Le vendeur pourra alors bénéficier pleinement de la plus-value reçue, à condition d’acquérir sa résidence principale dans les 2 ans à venir. Sinon, si vous ne réalisez aucune plus-value sur la revente du bien ou si vous l’avez vendu à un prix inférieur à son achat, vous ne payez aucun impôt.

Show Buttons
Hide Buttons