Est-ce que les CFD sont imposables ?

Le contrat pour différence ou CFD est célèbre, car il permet de spéculer sur les mouvements boursiers des actifs. Cette pratique financière entraîne de multiples frais tels que la rémunération du courtier qui gère votre compte, les frais de financement ou encore certains frais de fiscalité. Découvrez en quoi les CFD sont imposables.

Le CFD et la fiscalité

En matière de fiscalité, le CFD ne se démarque pas des actions classiques, de même, les règles qui s’appliquent au CFD sont les mêmes que pour les titres immobiliers. De ce fait, les gains annuels seront imposés à 15,5 % pour les prélèvements sociaux. En conclusion, vous serez donc soumis à l’impôt sur le revenu. Si cela vous tente, vous pouvez vous lancer dans le CFD sur la plateforme Saxo Banque.

A voir aussi : Réchauffement climatique et investissement immobilier

Dès lors que vous cumulez des moins-values ou des pertes financières, vous pourrez les déduire de vos plus-values. Chose intéressante, comme pour les actions, les pertes peuvent être réparties sur plusieurs années dans la limite de 10 ans. Les bénéfices financiers ou les pertes en actions sont associés à ceux du CFD. Il n’y a donc pas d’impôt boursier sur le CFD.

Les avantages de l’impôt sur le CFD

L’imposition sur le CFD est intéressante, d’une part, elle ne s’apparente pas à un impôt boursier et n’alourdira donc pas votre budget fixé aux transactions financières. Il vous sera avantageux de lisser ou de reporter vos plus-values et vos pertes opérées lors de votre trading en action.

A découvrir également : Pourquoi confier son projet à un agent immobilier ?

Malgré cela, la fiscalité liée aux CFD présente des inconvénients. Ainsi, vous serez imposable dès le premier euro empoché. L’intégralité des sommes gagnées sera donc imposable. Bercy considérant le CFD comme une option, il ne vous sera plus possible d’obtenir d’abattement forfaitaire comme c’est le cas avec les actions. Prenez donc garde à bien archiver l’ensemble de vos spéculations, afin de pouvoir les fournir si vous deviez être contrôlé par le fisc.

Si vous êtes amené à contacter un courtier étranger pour vos comptes CFD, conservez soigneusement l’ensemble de vos opérations réalisées, car les législations étrangères ne sont pas les mêmes qu’en France, elles pourraient vous être demandées ultérieurement par l’administration fiscale française.

Si vous investissez sur le CFD à titre occasionnel et non professionnel, vous garderez un avantage financier. Mais prenez garde à ce que vos gains CFD ne soient jamais supérieur à votre revenu principal, auquel cas vous pourriez être considéré comme un courtier professionnel. Enfin, méfiez-vous également de certains sites Internet proposant des investissement attractifs en CFD, renseignez-vous ou optez pour des plateformes renommées pour davantage de sécurité.

Show Buttons
Hide Buttons