Trouver une assurance dommages-ouvrages : les modalités

Dans le cadre de la rénovation ou de l’extension d’une maison individuelle, de la construction d’une maison neuve, toute personne qui se décide à mener à bien ces travaux à l’obligation de souscrire une assurance dommages-ouvrage. Que l’on soit d’ailleurs un professionnel – architecte, entrepreneur en bâtiment, lotisseur, promoteur immobilier, bureau d’étude, ingénieur-conseil ou encore un maître d’œuvre par exemple – et à plus forte raison si l’on est un particulier. Et, pour cela, mieux vaut opter pour un assureur spécialisé en ligne comme EVE-assurances.fr.

Dommages couverts

Cette assurance dommages-ouvrage contractée obligatoirement avant les travaux, permets alors de garantir le paiement des travaux de réparation de l’ouvrage compromettant la solidité du bâtiment ou des dommages qui le rendent impropre à sa destination. L’assureur prend en effet à sa charge le coût des réparations – dans un délai de 90 jours calendaires à compter de la réception de la déclaration de sinistre faite par le particulier – et se charge par la suite de faire toutes les démarches concernant le recours envers les entreprises responsables du sinistre. 

Cette assurance dommages-ouvrage protège le particulier pendant une durée incompressible de dix ans, et ce, dès la réception des travaux. Cette responsabilité est pendant toute la durée de la garantie, engagée auprès de tous les acquéreurs successifs possibles du bien couvert par cette garantie. 

Critères déterminant le coût l’assurance

Le fait de solliciter plusieurs assurances spécialisées en ligne, de faire appel à un courtier en assurance permet de trouver les meilleures garanties au meilleur prix. Dans tous les cas, il est important de prendre le temps de comparer les devis ainsi obtenus. En effet, le prix de l’assurance dommages-ouvrage varie en fonction du projet – construction, extension et/ou rénovation – de la localisation géographique, de la taille du projet et de son coût, des matériaux utilisés – matériaux écologiques ou traditionnels – de l’existence d’une étude de sol, des garanties optionnelles notamment. En règle générale, le coût induit par l’assurance dommages-travaux n’excède pas les dix pour cent du coût total des travaux. Et, dans la mesure où les travaux sont de faibles importances, l’assurance peut proposer une formule forfaitaire. 

Show Buttons
Hide Buttons