Qu’est-ce que le prix net vendeur ?

L’immobilier suscite beaucoup d’interrogations, de la part des vendeurs comme des acquéreurs. Le jargon du secteur par exemple met une certaine distance entre les professionnels et les particuliers : copropriété, nue-propriété, loi Carrez, tontine, vente en l’état futur achèvement… ce sont autant de termes à connaître pour échanger avec vos interlocuteurs. Nous allons tenter aujourd’hui de clarifier pour vous la notion de “prix net vendeur”.

Prix net vendeur et prix FAI

Le prix net vendeur correspond à la somme que le propriétaire touchera lorsqu’il aura vendu son bien.

La majorité des vendeurs, pour vendre leur bien rapidement, fait appel à une agence immobilière. Celle-ci devra assurer un certain nombre de démarches : administratives d’une part, et de prospection d’autre part. Elle rémunérera son travail à travers les frais d’agence. Ces derniers ne sont pas réglementés par la loi, c’est pourquoi ils varient d’une agence à une autre ; on les retrouve généralement autour de 5 % à 8 % du prix net vendeur. Vous l’aurez sans doute compris, ces frais viennent s’additionner au prix de vente du bien, on parle alors de prix frais d’agence inclus (FAI).

Enfin, il faudra aussi inclure les frais de notaire à la charge de l’acquéreur. Ce dernier devra par ailleurs procéder à la signature de l’acte de vente chez le notaire pour conclure la transaction immobilière. Pour ne pas perdre trop de temps, prendre rendez-vous en ligne chez le notaire reste, à ce jour, l’une des solutions les plus performantes. Mais avant de choisir un notaire ou un office notarial, vous pouvez également vous rendre sur les annuaires des notaires de France et sélectionner la chambre départementale adéquate pour obtenir la liste des notaires les plus proches de vous.

Frais à la charge de l’acquéreur ?

Les frais de notaire ou droits d’acquisition s’ajoutent au prix FAI. Ils sont normalement à la charge de l’acquéreur, sauf circonstances particulières prévues dans l’avant-contrat. L’acquéreur devra donc régler une somme comprenant :

  • le prix net vendeur + les frais d’agence + les frais de notaire

Pour plus de détails, voici comment le calcul se réalise. Imaginons Mme X vendant sa maison au prix net vendeur de 300 000 euros, avec des frais d’agence fixés à 6 %, et des droits d’acquisition de 7 % à payer au notaire. Au total, l’acquéreur devra débourser la somme de 340 260 euros pour acquérir le bien — 300 000 + 6 % (frais d’agence) = 318 000 euros (prix FAI), et 318 000 + 7 % (droits d’acquisition) = 340 260 euros.

Frais d’agence, frais de notaire : négociables ?

Concernant les frais de notaires, les droits d’acquisition sont des frais réglementés et donc incompressibles, de sorte qu’il est à ce jour impossible de s’en soustraire.

En revanche, n’oubliez pas que les frais d’agence, eux, ne sont pas réglementés, et donc ouverts à la négociation. Certaines agences immobilières pratiquent des frais à taux fixe très bas, à 2 % par exemple, tandis que d’autres se situent largement au-dessus de la moyenne avec 10 % de frais. Pensez donc à réviser ces taux pour préserver votre prix net vendeur.

Show Buttons
Hide Buttons